Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Alice et Hugo en vadrouille

Alice et Hugo en vadrouille

Suivez nos étapes autour du Monde !


Au coeur des mines de Potosi

Publié par Hugo & Alice sur 5 Juin 2015, 14:35pm

Catégories : #Bolivie

Nouvelle étape en Bolvie : la ville de Potosi. Étendue au pied du Cerro Rico (la montagne riche), elle a été vers 1650 la plus grande ville du monde.

Son histoire est entièrement liée à l'argent que renferme la montagne.

Au coeur des mines de Potosi

Les Espagnols fondèrent la ville en 1545 après la découverte du précieux minerai et des miliers d'esclaves indiens et africains furent amenés pour travailler dans montagne par roulement de 12 heures. Ils restaient 6 mois dans la mine sans sortir.

On estime que 8 millions d'esclave sont morts dans ces mines pendant les 3 siècles d'occupation espagnole, de 1545 à 1825.

Puis les filons s'épuisèrent au début du 19ème siècle et c'est surtout grâce à l'étain, au zinc et au plomb que l'exploitation continue.

Mais le centre historique de la ville a conservé les beaux bâtiments de son époque de gloire, dont l'énorme hôtel de la monnaie.

Au coeur des mines de PotosiAu coeur des mines de Potosi

C'est d'ailleurs dans une de ces vieilles bâtisses coloniales que nous logeons. Notre chambre est tout en haut d'une petite tour, nous avons une vue splendide sur la ville et le Cerro Rico.

Au coeur des mines de Potosi

Deux amis de la Terre, que le destin a déposé sur notre chemin, nous ont soufflé ces quelques vers (à lire avec l'accent du sud) : Dans le coeur de la montagne,

Battent les coeurs des hommes ;

Mais pas seulement !

Les pioches battent la roche,

La poussière gronde,

Le train ne sifflera pas trois fois.

Pour construire le monde,

Il faut des feuilles de coca.

Bon, plus sérieusement, si on est là, c'est justement pour les rencontrer ces mineurs.

On choisit une agence tenus par des anciens mineurs pour nous emmener dans la mine. Au moins on est sûr que l'argent ira à la coopérative.

On nous équipe de bottes et d'un casque et c'est parti !

On visite d'abord un marché, pour acheter quelques feuilles de coca et des boissons sucrées pour le mineurs qu'on rencontrera en chemin. On y trouve même des foetus de lama séchés (ça porte chance paraît-il). Puis nous prenons la direction de l'usine qui sépare les minerais des déchets (85%). Il n'y a pas de fonderie autour de l'exploitation. Les coopératives vendent les minerais à de grosses entreprises étrangères. Les boliviens font donc le plus dur et le plus ingrat du travail.

Au coeur des mines de Potosi

Et ça y est, on pénètre dans la mine. On constate vite que les conditions de travail n'ont pas changé depuis des siècles. Les boyaux sont très étroits. On marche pliés en deux, voire accroupis. Avec l'altitude (4200m), la chaleur et la poussière on est très vite essoufflés, avec l'impression qu'on ne pourra jamais reprendre notre respiration.

Au coeur des mines de Potosi

Beaucoup de mineurs commencent à travailler vers 12 ans. A cause des maladies respiratoires qu'ils vont contracter leur espérance de vie est de 45 ans. Ça te passe l'envie de te plaindre de ton boulot en France !

Au coeur des mines de Potosi

On croise plusieurs mineurs tirant des chariots de 2 tonnes. Hugo prend une pelle pour aider à remplir un seau.

Au coeur des mines de Potosi

Un peu plus loin, on s'arrête autour de la statue de Tio, le diable protecteur de la mine. Les travailleurs lui offrent des cigarettes ou quelques feuilles de coca. On boit tous une petite gorgée d'alcool à 96° (ouach !) à son honneur.

Au coeur des mines de Potosi

Notre super guide, Beto, nous parle alors un peu des conditions de travail de la mine. On croyait passer pour des voyeurs mais ils sont contents de nous faire découvrir leur vie. Leur gouvernement les prend pour des moins que rien et des alcooliques, alors ils sont fiers quand des étrangers descendent jusqu'ici. Et effectivement ils n'ont pas à avoir honte, car comme ils le disent ils construisent le monde.

Au coeur des mines de Potosi
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
C'est magique! <br /> Le Cerro Rico est rouge des 8 millions de ces gens qui ont construit le monde dans ses entrailles.<br /> Quels effets font la feuille de coca et l'alcool à 96° à 4200 m d'altitude sous terre?<br /> Bises.
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents