Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Alice et Hugo en vadrouille

Alice et Hugo en vadrouille

Suivez nos étapes autour du Monde !


Du Choquequirao au Machu Picchu

Publié par Hugo & Alice sur 15 Juillet 2015, 11:48am

Catégories : #Pérou, #randonnée

Nous sommes donc sur le trek du Choquequirao qui nous mène au Machu Picchu. On vous avait laissé après trois jours de marche aux ruines du Choquequirao (je répète pour les deux du fond qui ne suivent pas).

Alors que les quelques rares marcheurs qui sont venus jusqu'ici font demi-tour après la visite des ruines, nous continuons notre chemin. Hormis nous deux il n'y a qu'un autre couple de français qui poursuit. On les croisera uniquement le soir aux campements, nous avons donc vraiment l'impression de marcher seuls au monde.

Jour 4 : Choquequirao (2900m) - Maizal (3000m)

Durée : 7h15. Distance : 17km. D+ 1400m. D- 1300m

Ce matin nous avions prévu de nous lever tôt car nous savions que le journée serait longue. Malheureusement ça ne se passe pas comme prévu. Hugo n'est vraiment pas en forme, il a un mal de tête qui l'empêche de bouger. On hésite à faire demi-tour parce qu'à la fin de cette journée on sera vraiment très isolés, à deux jours de marche des premiers villages dans toutes les directions.

Mais bon, après un peu de repos ça passe, alors on y va !

La journée commence avec une montée assez raide jusqu'au col du Choquequirao, 400 plus haut. De la nous avons une dernière vue sur les ruines.

Du Choquequirao au Machu Picchu

Puis nous entamons une très longue descente de 1300m. Ca fait mal aux genoux !

En chemin on s'arrête au ruines de Pinchaunuyoc, de magnifiques terrasses en amphithéâtre.

Du Choquequirao au Machu Picchu
Du Choquequirao au Machu Picchu

Vers midi nous arivons enfin tout en bas, au bord du Rio Blanco. Et après qu'est-ce qu'on fait ? Et bien on remonte ! C'est reparti pour 1000m de grimpette.

Trois heures plus tard nous voici enfin à Maizal. Sur notre carte c'était indiqué comme un "centre peuplé", mais qui en fait se compose uniquement de deux maisons à l'abandon. Nous plantons la tente dans le jardin de l'une d'elle.

Et on se cuisine un excellent repas : soupe en sachet et pâtes au bouillon cube ; le duo gagnant du randonneur.

Du Choquequirao au Machu Picchu

Jour 5 : Maizal (3000m) - Yanama (3522m)

Durée : 4h30. Distance : 11,5km. D+ 1100m. D- 600m

Encore une fois pas le temps de s'échauffer : on commence la journée par une montée assez rude de plus de 1000m. Au début il fait bon, nous sommes à l'ombre dans la forêt. Mais très vite nous arrivons sur un chemin inca bien exposé au soleil.

Du Choquequirao au Machu Picchu

Après avoir dépassé des mines abandonnées, nous arrivons vers midi au point culminant de la journée : le col San Juan (ou Victoria selon les sources) à 4130m.

La vue est magnifique, on en profite pour picniquer.

Puis il faut redescendre. Le chemin est agréable, bordé de fleurs violettes.

Du Choquequirao au Machu Picchu

Puis nous arrivons enfin au village de Yanama, un vrai village ! (Une bonne cinquantaine d'habitants)

Il est même desservi par une route. Enfin, ne nous emballons pas, c'est une piste de terre. Mais ça permet un vrai ravitaillement !

Nous pouvons donc faire quelques courses pour le lendemain (nous arrivons à la fin de nos réserves).

Nous plantons encore une fois la tente dans le jardin des habitants, chez qui nous mangeons également le soir.

Jour 6 : Yanama (3522m) - Totora (3365m)

Durée : 6h. Distance : 16km. D+ 1100m. D- 1200m

Après un excellent petit déjeuner grâce aux oeufs achetés la veille, nous partons pour Totora.

Nous marchons sur la route, mais ce n'est pas trop dérangeant (nous avons peut-être croisé une voiture et trois motos). Et les paysages sont magnifiques (c'est probablement la phrase qui revient le plus souvent sur ce blog).

Du Choquequirao au Machu Picchu
Du Choquequirao au Machu Picchu

Au début on grimpe sur un faux plat assez agréable. Mais à l'approche du col Yanama (4648m), ça se corse ! (C'est le col là haut à gauche sur la photo)

Du Choquequirao au Machu Picchu

Le chemin devient très raide et coupe les virages de la route. Et on commence à sentir qu'on est à plus de 4000m d'altitude.

Mais une fois en haut, la vue récompense l'effort :

Du Choquequirao au Machu Picchu

On mange là notre meilleur pic-nic de trek grâce aux courses de la veille : thon, oeufs durs mayonnaise et une petite salade de tomates !

Puis on redescend de l'autre côté les 1200m jusqu'au village de Totora.

Du Choquequirao au Machu Picchu
"Centre peuplé" Vraiment ?

"Centre peuplé" Vraiment ?

Deux heures plus tard nous y sommes, on plante la tente dans un jardin.

Comme d'habitude on mange chez l'habitant. On se croirait à une autre époque : le sol de la cuisine est en terre battue, le mobilier se résume à une table, un banc et une étagère. Pas de robinet ; pour cuisiner le feu est fait à même le sol, juste délimité par quelques pierres (façon feux de camp). Et au mileu de tout ça courent des cochons d'inde, des poussins, une dinde... On mange dans la basse-cour !

Quand on voit un morceau de viande non identifiable accroché au mur, on se dit qu'on a bien fait de dire qu'on avait pas besoin de viande. Elle nous a préparé du riz, des frites et une bonne galette de légume.

Puis on va se coucher. Cette nuit il va faire froid !

Jour 7 : Totora (3363m) - Lucmabamba (2008m)

Durée : 5h30. Distance : 23km. D+ 200m. D- 1600m

Aujourd'hui ce n'est pas une journée très passionante. Le point fort se sont les eaux chaudes de Qolcapampa, que nous atteignons après deux heures de marche sur la piste depuis Totora.

Du Choquequirao au Machu PicchuDu Choquequirao au Machu Picchu

Et même si l'eau n'est pas aussi chaude qu'espérée et que le bassin est plein d'algue, ça fait tellement du bien ! Depuis le début du trek c'est au mieux douche glacée, mais le plus souvent on se rince seulement au robinet du fond du jardin.

Du Choquequirao au Machu Picchu

Puis nous prenons le chemin qui longe la rivière au fond de la vallée. Au début c'est sympathique mais très vite ça nous semble interminable. En plus c'est là que le trek du Salkantay (un trek menant au Machu Picchu en trois jours, très emprunté) rejoint le notre. Ce qui signifie des gros groupes avec leurs guides et surtout une forte augmentation des prix dans les petits magasins sur le bord du chemin.

On croise un serpent. Pas très grand peut-être, mais en plein milieu du chemin et apparemment pas très content de nous y trouver. Hugo a battu un reccord de saut en hauteur quand il l'a vu au dernier moment.

On finit par arriver à Playa, une petite ville sans aucun charme. On s'y arrête juste le temps de faire quelques courses, puis nous continuons notre chemin jusqu'à Lucmabamba, village au milieu des plantations de café.

On campe chez un petit exploitant, qui nous fait goûter son café. Bon, moi je n'aime pas le café mais d'après Hugo c'est le meilleur depuis le début de notre tour du monde.

Ils ont aussi d'excellents avocats et nous offrent même du popcorn pour l'apéro.

Du Choquequirao au Machu Picchu

Là vous devez vous dire que c'est bien gentil tous ces cols, mais c'est quand qu'on le voit ce Machu Picchu ? Patience, ça arrive...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
oups.<br /> malgré ton âge il faut te ménager !<br /> Vous transportiez combien de litres d'eau pour les 3 jours où vous étiez en autonomie ?
Répondre
M
Hugo : faut pas faire le malin devant alice, tu n'es pas un sur-homme ! malgré ron
Répondre
M
Vous parliez en Espagnol avec les habitants ?
Répondre
H
Oui, la plupart le comprennent et répondent avec un mélange de queshua.
M
C'est simplement magnifique. Quel privilège vous avez de vivre cela et quel privilège vous nous donnez de pouvoir vous suivre par blog interposé.<br /> Il semble cependant que les Snickers aient perdu la cote. Difficulté d'approvisionnement ? Lassés d'en avoir trop ingurgité ? <br /> Belle continuation.<br /> Big Bisous
Répondre
H
En effet, le snickers est une espèce rare dans la campagne péruvienne, contrairement au cochon d'inde qui y prolifère et qui est tout autant comestible.<br /> Bisous
A
Vos photos sont toujours aussi superbe, c est un réel plaisir de vous suivre sans se fatigué..........<br /> vous vivez une aventure géniale nous sommes très heureux pour, pour les serpents je suis comme Hugo j ai horreur de ces bestioles<br /> Bises à vous deux de nous deux
Répondre
B
nous sommes impatients de lire la fin de cette aventure inouïe. Nous perdons notre souffle en essayant de vous suivre et admirons votre courage et votre détermination. Quand nous nous retrouverons je vous préparerai un plat de pâtes pour rester dans l'ambiance. En attendant bonne continuation et n'oubliez pas de vous reposer de temps en temps vous devez en avoir besoin. Bises.
Répondre
C
Ah ces jeunes, ils doivent quand même être un peu foufou !!! Mais qu'est ce qu'on aime les suivre et partager leur aventure ! (vive la modernité) ! <br /> Bonne continuation et... on attend la suite avec impatience !<br /> Bises alsaciennes !
Répondre
E
Sommes épuisés par tant de dénivelé.... Ouf !<br /> Nous attendons la suite avec impatience, vous l'aurez bien mérité ce Machu Picchu.
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents