Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Alice et Hugo en vadrouille

Alice et Hugo en vadrouille

Suivez nos étapes autour du Monde !


Córdoba et l'estancia du bout du monde

Publié par Hugo & Alice sur 2 Mai 2015, 13:17pm

Catégories : #Argentine

Nous sommes partis de Mendoza en bus, de nuit, en espérant bien arriver après 10h de route. Malheureusement le moteur de notre bus en a décidé autrement et vers 6h du matin on nous annonce : "le bus est en panne, nous en attendons un autre". Quelques quarts d'heure plus tard, les yeux encore tous collés nous montons dans un bus concurrent pas tout à fait plein qui passait par là.

Tout va bien, on roule tranquillement sauf que soudain, rebelote : "le bus est en panne mais z'inquiètez pas on gère !" En effet, ils gèrent et nous repartons une bonne heure plus tard. Au final, ça tombe plutôt bien puisque nous arrivons à Córdoba à l'heure du "check-in" des hôtels au lieu du petit matin.

Nous avons tout de même pas mal de temps pour visiter la ville qui est criblée d'églises, surtout jésuites, comme celle-ci, construite mi-17ème siècle, ce qui en fait la plus vieille d'Argentine et 3eme plus vieille du continent sud-américain. De l'extérieur ça ne paye pas de mine...

Córdoba et l'estancia du bout du monde

... Mais ils se sont lâchés pour l'intérieur ! Faut dire que les esclaves permettaient de faire des merveilles à moindre coût.

Córdoba et l'estancia du bout du monde

Cette église est collée à l'Université de Córdoba, fondée en 1613, ce qui en fait la plus ancienne d'Argentine. Elle propose une gande variété de formations et regroupe 130 000 étudiants (pas tous dans les locaux de l'époque bien entendu...), l'enseignement y est gratuit et libre pour tous, c'est à dire que n'importe qui peut assister aux cours, même nous, même un retraité Nord-Coréen (au cas où ils aient une retraite là-bas...) et ça marche bien ! Ce qui en fait une grande fierté de la ville et des habitants.

Córdoba et l'estancia du bout du monde

Une cathédrale dont l'extérieur est un peu plus travaillé, commencée en 1577, il faudra deux siècles pour l'achever.

Córdoba et l'estancia du bout du monde

Il reste beaucoup de contraste avec l'intérieur encore une fois très doré.

Córdoba et l'estancia du bout du monde

Celle-ci est la plus majestueuse (de l'extérieur en tout cas). Même si avec une façade aussi travaillée on est moins surpris par l'intérieur, ça n'en est pas moins impressionnant. Sa construction date du début du XXeme siècle.

Córdoba et l'estancia du bout du monde
Córdoba et l'estancia du bout du monde

On y trouve même une statue de Saint-Superman.

Córdoba et l'estancia du bout du monde

Le centre-ville montre partout que Córdoba a une histoire, même le centre commercial est beau !

Córdoba et l'estancia du bout du monde

Changement de cap maintenant ! Nous filons dans une estancia, nom donné aux fermes isolées dans la pampa. C'est donc après 2h de bus, une heure de 4x4 à passer sur une des spéciales du Championnat du monde de rallye auto que nous arrivons dans le village de San Marcos. Et là, on n'est toujours pas arrivés ! Alors vous vous dites : "on s'en fiche de San Marcos, viens-en donc aux faits (gros tas)".

Eh bien si j'en parle (je devrais plutôt écrire "en fait mention" parce que si j'en parle vous ne m'entendez pas, bref, évitons les digressions svp), c'est qu'à la sortie du village, dans une courbe bien serrée, sur cette route de terre, un motard qui roulait dans le sens inverse (en Suz' 350 DR pour les curieux) a eu la mauvaise idée de prendre son virage à la corde et s'est donc retouvé face au gros 4x4 Toyota de notre hôte qui n'a rien pu faire pour éviter l'imprudent.

Bilan : fracture tibia-péroné et luxation de la hanche (aïe), une moto un peu en vrac et un 4x4 intact qui devra malheureusement passer un peu de temps au commissariat de police pour des raisons de "c'est la procédure".

Privée de véhicule, notre hôte ne peut donc plus nous emmener chez elle, ce sont alors les pompiers qui s'en chargent, alors qu'elle reste au village en vue de la paperasserie à venir.

Une heure de piste de plus en plus étroite et défoncée (on a pu apprécier le confort d'un gros 4x4 sur ce type de terrain), nous arrivons enfin à l'estancia où Daniel (l'employé) nous attend. Ce très sympathique Argentin prend beaucoup de soin pour nous parler et est de loin le plus compréhensible des hispanophones rencontrés jusqu'alors !

Córdoba et l'estancia du bout du monde

Pendant ces deux jours loin de tout, nous avons surtout profité du paysage et fait quelques promenades.

Córdoba et l'estancia du bout du mondeCórdoba et l'estancia du bout du monde

Et surtout !! Nous avons fait une promenade à cheval à la manière des Gauchos (cowboys argentins) ; gande première pour Hugo et retour aux joies équestres pour Alice qui n'en avait plus fait depuis un bout de temps.

Voilà qui complète notre liste de moyens de transport utilisés depuis le début du voyage (avec le kayak, la camionnette à bois, l'éléphant...)

Daniel en a profité pour ramener dans son enclos le taureau du voisin.

Córdoba et l'estancia du bout du monde
Córdoba et l'estancia du bout du monde

Enfin, en repartant de là, nous avons dû passer au commissariat pour témoigner sur l'accident survenu lors de l'arrivée. Un vrai sketch !

On nous demande d'arriver au plus tard à 10h, sauf que le fonctionnaire arrive à 11h.

Faute de vocabulaire, c'est notre hôte (impliquée dans l'accident) qui sert de traductrice.

Le policier fait son rapport un peu tout seul, le tapant avec un doigt de chaque main et un stylo en travers de la bouche puis nous demande si nous sommes d'accord avant de signer avec ledit stylo...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Pour quelqu'un qui monte pour la première fois à cheval, je trouve qu'Hugo se tient bien droit, ou alors était-ce juste pour la photo ???<br /> <br /> Allez profitez bien de tout ce que vous voyez et vivez et continuez de nous faire partager tout ça dans la joie et la bonne humeur !!!<br /> <br /> Bises alsaciennes de Marraine et Christian
Répondre
H
C'était juste pour la photo. Il avait l'air bien moins à l'aise au trot et a du y laisser quelques vertèbres...<br /> Bises argentines !
A
Salut Alice Hugo <br /> <br /> Chez nous maintenant ils tapent à 2 doigts, après ton périple il y a des perspectives intéressantes........<br /> Bises
Répondre
B
Hugo a fier allure à cheval. Lui qui d'habitude en a 80 sous la selle, cela devrait être un jeu d'enfant....
Répondre
H
Les 80 habituels sont plus dociles

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents